Journée d’étude «Fictions et imaginaires de la migration: enjeux critiques et artistiques»

Samedi 5 mai 2018



Journée d'études organisée par le BBB centre d’art, l’institut ACTE UMR 8218 (Sorbonne Paris I-CNRS) avec le soutien de la Fondation Daniel et Nina Carasso et les Abattoirs Musée -  FRAC Occitanie Toulouse

samedi 5 mai 2018 
sur inscription | gratuit 
Auditorium des Abattoirs – FRAC Occitanie Toulouse | 76 allées Charles-de-Fitte | Toulouse

 


---- programmation en cours ----


L’aveuglement relatif des Etats Occidentaux face à la crise migratoire rend urgente une interrogation sur sa visibilité dans la sphère publique. Au sein des consciences collectives en effet, les migrations génèrent nombre de fantasmes et de représentations erronées qui font entrave à leur traitement objectif et dépassionné. Ce n’est pas tant le manque d’images produites qui pose problème que la mésinterprétation de celles qui existent, au coeur de nombreuses opérations d’instrumentalisation, parmi lesquelles la récupération politique par les mouvements populistes ou la dérive sensationnaliste par certains médias. A l’heure où la lecture
critique de la représentation des migrants et des politiques engagées à leur endroit s’impose avec force de nécessité, ce colloque propose de questionner la place de l’art dans la réalisation de ce projet critique.

Partant du travail de Laura Henno, plutôt qu’il ne se focalise sur lui, il entend montrer que les phénomènes de migrations sont d’emblée pétris d’imaginaires, qu’il s’agisse des fictions identitaires comme stratégie de survie des migrants, des projections fantasmatiques sur les lieux des destinations et les existences espérées ou encore les croyances vernaculaires qui constituent bien souvent leur seul bagage. Installant un
trouble entre réalisme documentaire et fiction plastique, Laura Henno déploie dans son travail vidéo et photographique les formes de ces représentations qui coïncident avec l’abandon de leurs territoires d’origine et cherchent à en combler la perte. En dialogue direct avec
l’artiste depuis plusieurs années, les protagonistes y incarnent une tension entre leurs vies fantasmées et leurs situations tragiques, entre récits individuels et Histoire collective. Oubliées, fragmentaires, cachées, travesties, les narrations vécues ou affichées par les jeunes migrants au
cours de leurs périples forment ensemble une économie de les représentations de la migration, qu’il reste encore à interroger.

Placé au coeur d’un dialogue entre philosophie politique, anthropologie, sciences sociales, psychanalyse et pensée de l’art, cette journée d’étude cherche-t-elle à croiser les regards et les points de vue autour de la mise en image de ces récits humains : leur esthétisation rime-t-elle toujours avec instrumentalisation ? Les imaginaires migratoires ne constituent-ils pas aussi une part de leur réalité ? Quels enjeux soulève leur traduction dans les arts visuels ?

Vue de l’exposition «M’Tsamboro » - Laura Henno,  au BBB centre d’art du 04 octobre au 20 décembre 2017. Coproduction BBB centre d’art / Spectre Productions avec le soutien de la Fondation Daniel et Nina Carasso. Photographie :  Yohann Gozard ©

Vue de l’exposition «M’Tsamboro » - Laura Henno, au BBB centre d’art du 04 octobre au 20 décembre 2017. Coproduction BBB centre d’art / Spectre Productions avec le soutien de la Fondation Daniel et Nina Carasso. Photographie : Yohann Gozard ©